personnages

Comprendre et améliorer son protagoniste

Cet article est une transcription de l’épisode d’I Can’t Word du même titre, sorti hier sur vos plateformes d’écoute favorites.

Quand on parle de protagoniste, beaucoup de gens pensent à la notion de héros, car certains des exemples de protagonistes qui nous ont marqués ces dernières décennies sont en effet des héros. Le plus célèbre d’entre eux, Harry Potter, fait même partie d’une maison qui met en avant l’héroïsme, parfois au détriment de la prudence. Je vais donc commencer par expliquer la différence entre ces deux notions, pour qu’on y voie plus clair à partir de maintenant.

  • Le protagoniste est le personnage autour duquel l’histoire tourne. C’est celui qui change le plus, qui évolue le plus, et qui souvent souffre le plus. Il peut avoir toutes sortes de tempéraments, tant que ses traits de caractère font de lui un personnage que le lecteur peut aimer et auquel il peut, dans une certaine mesure, s’identifier.
  • Le héros est un personnage doté de capacités qui sortent de l’ordinaire, et qui s’en sert pour faire le bien. Ses intentions ne sont pas toujours pures, mais elles le deviennent avant la fin de l’histoire. Beaucoup de protagonistes d’histoires un peu datées sont des héros, à l’exception du Seigneur des Anneaux, où le héros n’est pas Frodon mais Sam ou Aragorn, dépendant de comment on lit l’histoire.

Maintenant que ces notions sont en place, parlons de l’antagoniste et du méchant de l’histoire, que nous appellerons à partir d’ici « l’ennemi » car nous n’avons pas cinq ans, vous et moi.

  • L’antagoniste s’oppose au protagoniste. Il n’est pas forcément l’obstacle principal de l’histoire, mais c’est souvent le cas. Si le code moral de l’histoire par rapport à son thème était un spectre, antagoniste et protagoniste seraient à des positions opposées. Bien souvent, ces deux personnages se ressemblent à bien des niveaux, si bien qu’ils auraient pu occuper le rôle de l’autre si leurs passés avaient été échangés.
  • L’ennemi est un antagoniste qui a l’intention de nuire. Quelque chose en lui est pourri, corrompu, si bien qu’il se fiche du mal qu’il fait autour de lui. Tout ce qui compte à ses yeux est d’atteindre son objectif. Si vous avez lu certains romans sortis très récemment, vous réaliserez sans difficulté que plusieurs protagonistes collent avec cette définition, comme Mia Corvere dans Nevernight et Kaz Brekker dans Six of Crows. La seule chose qui sépare ces personnages de l’ennemi est que l’histoire tourne autour d’eux, de leur évolution et de ce qu’ils doivent apprendre pour triompher.

En somme, on peut dire que le protagoniste incarne l’histoire et que l’antagoniste incarne le conflit au coeur de l’histoire. Une histoire est une évolution. Votre protagoniste doit subir ou prendre part active à cette évolution, sans quoi il ne fait pas partie de l’histoire. Il doit grandir, devenir une meilleure personne. Cette nécessité se justifie par le fait que le protagoniste crée le lien entre le lecteur et l’histoire. Le lecteur s’identifie au protagoniste. Après sa lecture, il aura appris quelque chose en même temps que ce personnage, aura quelque part grandi en même temps que lui.

Souvenez-vous, on parlait dans un épisode d’I Can’t Word du défaut primordial comme d’un élément essentiel pour créer un protagoniste imparfait et rendre l’identification possible pour le lecteur. Nous en sommes à ce point une nouvelle fois aujourd’hui : le protagoniste, qu’il soit un héros ou non, a besoin de son défaut pour être réceptif au thème de l’histoire et à l’évolution qu’il traversera à travers celle-ci.

Souvent, quand on conçoit un protagoniste et qu’il ne fonctionne pas en tant que personnage, c’est pour une des raisons suivantes :

  • Un manque d’objectivité de la part de l’auteur, c’est-à-dire vous. Vous aimez votre protagoniste et vous voulez que tout le monde l’aime, mais le barder de qualités sans qu’aucun défaut ne pointe le bout de son nez est une mauvaise idée. Personne n’apprécie les Miss et Mister Perfection. Pour plus de précisions sur ce sujet, je vous renvoie à l’épisode 6 d’I Can’t Word.
  • Un manque de profondeur et d’évolution, qui reviennent justement sur la notion de défaut primordial. Votre protagoniste ne peut pas être dépeint en une seule dimension, car les humains sont pleins de nuances. Il ne peut pas rester stagnant, ne subir aucune péripétie, sinon ce n’est pas lui qui se trouve au centre de l’histoire.
  • Un manque de connexions avec le lectorat ou les autres personnages. Concernant la connexion avec le lectorat, elle se noue quand le protagoniste provoque l’empathie, la compréhension – en d’autres termes, quand le lecteur peut comprendre les motivations du personnage et se mettre à sa place. En revanche, la connexion avec les autres personnages n’est pas si simple à définir : il ne s’agit pas simplement de donner des liens compréhensibles à vos personnages, mais de tabler en plus sur des interactions qui ancreront le protagoniste dans son environnement. S’il est seul, s’il fait tout seul, il n’y a pas d’histoire.
  • Un manque d’animation. Ce manque, sur lequel nous reviendrons dans un épisode futur, se trahit par un personnage qui subit continuellement plutôt que d’agir et prendre des décisions. Personne ne veut lire l’histoire d’un personnage simplement ballotté de droite à gauche, qui ne prend jamais son destin en main. Votre personnage doit décider de faire des choses, même si vous le faites échouer.

N’oubliez pas que votre protagoniste est souvent la raison pour laquelle le lecteur a choisi de lire ce livre et pas un autre. Il est donc extrêmement important de prendre soin de ce personnage et de son évolution si vous souhaitez acquérir et conserver votre lectorat.

Publié par Nyx M. Cavalier dans conseils, personnages, 0 commentaire

L’art de dissimuler son antagoniste

On vous parle souvent d’antagonistes attachants, et vous en connaissez probablement vous-mêmes plusieurs exemples. Après tout, ce sont ceux qui nous marquent ! Pour qu’on s’y attache, la solution est bien souvent de dissimuler leur rôle pendant au moins une petite partie de l’histoire. Un nouveau problème se présente ainsi à nous : comment dissimuler un antagoniste avec efficacité ? Ne vous en faites pas, cet article présente un arsenal de solutions dans lequel vous pourrez piocher à loisir en fonction de vos besoins !

1. Rendez votre antagoniste appréciable.

Je sais, c’est un peu le dilemme de l’oeuf et de la poule, mais prenez le temps de considérer le problème sous cet angle : un personnage est vaguement cruel, froid et détaché, sauf avec le protagoniste, qu’il traite avec respect, égard, voire tendresse. Peut-être sont-ils amoureux,  voire amants. Nous arrivons au dernier quart du roman. La tension monte et, soudain, le protagoniste réalise dans une scène déchirante qui était son ennemi depuis le début. Et nous, lecteurs, ne parvenons même pas à détester l’antagoniste, parce que nous le voyons tiraillé entre la souffrance qu’il ressent et la puissance de ses convictions. Pas mal, non ?

2. Faites-le passer pour un imbécile, un incompétent, un faible.

Nous avons l’habitude des antagonistes habités d’une forme ou d’une autre de pouvoir, de puissance, d’intelligence. La raison est simple : le protagoniste est lui aussi habité de ces qualités, et la construction de ces deux personnages se fait souvent en miroir, avec des influences extérieures qui les poussent à avancer sur des chemins opposés. Les soupçons s’éloignent immédiatement d’un personnage désigné comme stupide, incapable ou particulièrement faible. Quel mal pourraient-ils faire, de toute façon ? Vous voyez bien qu’ils n’arrivent à rien… Jusqu’à ce qu’on découvre leur pouvoir caché, la brillance avec laquelle ils se sont joués du héros.

3. Rendez-le attirant.

Ce plan d’action fonctionne particulièrement si vous prévoyez de faire de l’antagoniste un love interest (#drama). On en revient un peu au premier point, d’ailleurs ! L’incrédulité du protagoniste quand il découvre la trahison devient l’incrédulité du lecteur, qui a eu tout le temps de tomber sous le charme du personnage. Si en plus il est beau, charmeur, et gentil avec les animaux et les dames âgées, comment croire qu’il peut vouloir détruire tout ce pourquoi le protagoniste se bat ?

4. Faites-le aider le protagoniste.

Battez, en quelque sorte, le chaud et le froid. Il aide le protagoniste, il rase un village. Il sauve le love interest pour que le protagoniste ne souffre pas, il égorge un soldat qui l’a regardé de travers. Pensez un peu à Moriarty, dans Elementary. Elle vient plusieurs fois en aide à Joan et Watson, si bien qu’on en vient à l’apprécier et douter de ses intentions, mais elle retourne toujours à ses plans criminels. Cette version de Moriarty constitue vraiment un excellent exemple d’antagoniste bien dissimulé et appréciable.

5. Donnez-lui un passé douloureux.

Rien ne provoque tant l’empathie que des souvenirs qui torturent un personnage et permettent au lecteur de mieux comprendre ses défauts ; cependant, prenez garde à ne pas abuser de ce conseil. Tout le monde n’a pas un passé tragique, même si chacun a vécu des épreuves dans sa vie. Juste pas les mêmes, et pas la même intensité. Par contre, protagoniste et antagoniste pourraient notamment partager un même passé chargé, si bien qu’ils se comprennent et se respectent mutuellement pour avoir survécu à toute cette souffrance.

 

Voilà, j’espère que ces quelques conseils vous auront donné des pistes viables pour vos propres antagonistes. N’hésitez pas à laisser un commentaire pour en discuter et à la semaine prochaine pour l’examen d’un nouveau trope !

Publié par Nyx M. Cavalier dans conseils, intrigue, personnages, 0 commentaire

Comment rendre sa romance plus crédible ?

La romance, dans les romans, n’est pas seulement un genre littéraire, mais aussi un élément à part entière de bien des romans d’autres genres, de la fantasy au policier en passant par la science-fiction et le thriller. À ce titre, il me semble important de savoir écrire une bonne romance. Bien entendu, « bon » et « mauvais » sont des concepts très subjectifs, mais à force de lire, d’écouter les avis d’autres lecteurs et de regarder les vidéos très intéressantes de plusieurs auteurs, j’ai réalisé que certaines choses avaient tendance à fonctionner quand il s’agissait d’écrire une bonne romance, et d’autres non.

La première chose importante à mes yeux est de laisser le temps aux personnages impliqués dans la romance de respirer. Même si vous écrivez une romance (le genre littéraire) vos personnages ont une vie, des amis, des buts, une occupation en-dehors du futur être aimé. Si vous n’exposez pas cette vie extérieure à l’intérêt romantique, votre scénario risquera d’être pauvre, sans profondeur. Et pourquoi prendre ce risque, quand vous pourriez tout simplement rajouter des éléments externes à la romance dans votre récit ? Qui sait, peut-être même que ça vous inspirera un rebondissement !

Il est aussi primordial, je pense, d’établir pourquoi les deux personnages s’aiment. Cela peut être dit ou montré, ou les deux à la fois, mais il me semble difficile de faire sans. Comment pourrait-on croire à votre romance si on ne sait pourquoi ils s’aiment ? Par là, j’attend ce qu’un personnage aime chez l’autre, au point de vouloir partager sa vie avec. Vous ne pourriez pas partager votre toit et votre lit et un million d’autres choses pour une très longue durée indéterminée avec n’importe qui, parce que ce niveau d’intimité n’est acceptable que quand on ressent des choses pour l’autre. Cela colle tout autant pour des couples aromantiques, d’ailleurs, même si dans leur cas il ne s’agit pas de tomber amoureux. Cependant, n’étant pas aromantique moi-même, je préfère m’abstenir de parler de ce genre de relations. Des personnes qui sont concernées en ont sans doute parlé bien mieux que moi !

Une autre chose sur laquelle il vaut mieux ne pas faire l’impasse je pense, surtout quand on écrit dans le genre littéraire de la romance, est d’ajouter des scènes mignonnes, douces, romantiques, qui ne sont pas forcément essentielles pour le scénario. Les laisser avoir une soirée en tête à tête ne va peut-être pas conduire à un énorme développement, mais cela permettra aux lecteurs de croire en la relation que vous leur montrez, et n’est-ce pas essentiel quand on écrit ?

Par ailleurs, je vous conseille de ne pas enfermer votre personnage dans sa romance : donnez-lui d’autres interactions avec des personnes extérieures, surtout des interactions positives. Ainsi, vous pourrez montrer la différence entre vos personnages amoureux et vos personnages amicaux, attendris, studieux, etc. Comme si ce contraste n’était pas un élément suffisant, vous pourrez également vous servir de ces scènes pour exposer et construire vos personnages, pour leur donner du réalisme, de la crédibilité.

Voilà pour mes conseils ! Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à les ajouter en commentaire !

Publié par Nyx M. Cavalier dans conseils, intrigue, personnages, 0 commentaire