autres articles

Le Jeu de l’Adjectif — Juillet 2020

Le JdA, c’est quoi ?

Le JdA, ou Jeu de l’Adjectif, est un challenge d’écriture qui se déroulera pour la quatrième fois en juillet 2020. Les participants auront à leur disposition un calendrier qui leur permettra de connaître l’adjectif du jour. Leur but, le vôtre si vous décidez de vous joindre à nous, est d’exploiter chaque jour leur adjectif en le faisant apparaître dans leurs écrits. Le mieux est de réussir à en faire apparaître le plus possible tout au long du mois !

Il y a quelques règles pour encadrer le jeu, les voici :

  1. Ce challenge n’est pas un concours. Vous ne gagnerez rien, si ce n’est la satisfaction d’un travail bien fait, d’avoir participé à un chouette évènement et d’avoir écrit régulièrement.
  2. Ce challenge est cumulable avec le Camp NaNoWriMo et tout autre challenge d’écriture.
  3. Il n’est pas obligatoire de participer tous les jours : le but du jeu est de valider le plus de jours possible, mais considérez que vous avez gagné dès que vous en validez au moins un !
  4. L’adjectif du jour devra apparaître dans ce que vous écrivez. Cette règle change par rapport aux éditions précédentes suites à quelques abus désagréables. Cependant, vous pouvez l’accorder en genre et en nombre comme vous le souhaitez.
  5. Si l’adjectif a plusieurs sens, vous pouvez choisir celui que vous voulez, à condition qu’il reste sous sa forme d’adjectif (par exemple, pour “doux”, vous ne pouvez pas utiliser “doucement” qui est un adverbe).
  6. Pour valider l’adjectif du jour, il faut l’exploiter pendant son jour au calendrier. Si vous souhaitez vous rattraper, c’est louable et je vous y encourage, mais ça ne compte pas comme une validation au sens strict du terme.

Il n’est pas nécessaire de s’inscrire. Cependant, si vous souhaitez faire le challenge de manière publique, vous pouvez :

  • Utiliser le #JDAchallenge2020
  • Rejoindre la communauté Discord liée au site
  • Créer un recueil sur Wattpad et m’y taguer pour que je le voie.

C’est tout pour les règles et modalités ! Elles ne sont pas nombreuses, mais j’y tiens afin que ce jeu se passe dans les meilleures conditions possibles pour tout le monde. 

Le calendrier

Sans doute la partie la plus importante du jeu ! Le voici sans plus attendre :

N’est-il pas magnifique ? J’espère qu’il vous inspirera autant que moi et que vous avez hâte qu’on se retrouve en juillet pour cette nouvelle aventure ! Si vous avez des questions, posez-les en commentaire, j’y répondrai avec plaisir. À bientôt !

Publié par Nyx M. Cavalier dans autres articles, jeu de l'adjectif, 0 commentaire

Mai : Le bilan

Pour beaucoup d’auteurs de mon âge, le mois de mai est synonyme de partiels à n’en plus finir. Je n’ai pas exactement fait exception à la règle ce mois-ci : mes professeurs ont majoritairement choisi de nous faire passer des QCM et de nous demander des rédactions pour palier à l’impossibilité de tenir nos examens en présentiel. Puisque ce système me permet d’éviter trois oraux dans trois matières compliquées, j’en suis plutôt satisfaite !

Ce mois-ci, pas de Camp NaNoWriMo pour me propulser dans la stratosphère avec la seule force de ma motivation, mais je suis quand même très satisfaite ! J’ai beaucoup avancé dans Quelque chose s’achève, quelque chose commence et me suis même permis le luxe d’écrire quelques articles pour le blog, qui arriveront au cours des mois de juin et juillet. J’ai hâte que vous les découvriez ! D’ailleurs, l’article De l’importance des « sous-genres » de la littérature vous a beaucoup plu, ce qui m’a ravie ! C’est un sujet qui me tient après tout beaucoup à coeur.

Le mois en nombres

Pendant le mois de mai, j’ai écrit en tout 94.655 mots ! Je dois dire que je suis fière de ce résultat. En tout, j’ai écrit 10 chapitres de QQC, répartis sur quatre arcs narratifs. Cela signifie qu’en moyenne, j’ai écrit 3.053 mots par jour, avec une pointe le 21 mai à 6.026 mots. Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter le graphique ci-dessous, tiré de ma feuille de calcul de mai :

Mon objectif pour le mois était d’écrire 62.500 mots, autant dire que je me suis surpassée !

Mon ressenti en mai

J’ai adoré continuer d’organiser les lives d’écriture en votre compagnie ! Nous sommes désormais une dizaine à participer à chaque session. Par ailleurs, je suis devenue affiliate Twitch à la fin du mois ! Cela signifie que vous pouvez maintenant vous abonner à la chaîne pour débloquer l’accès à des emojis uniques (utilisables sur toutes les chaînes que vous regardez) et utiliser le programme de dons intégré dans Twitch. Comme vous le savez très certainement, ce genre de soutien financier me permettra de réduire le coût d’hébergement du site. Merci beaucoup !

J’ai été très fatiguée tout au long du mois, avec certaines périodes pires que d’autres. Je pense que les vagues de chaleur qui sont passées sur la Belgique y sont pour beaucoup. J’ai eu du mal à me concentrer uniquement sur ma fanfic, mon esprit allait chercher des idées absolument partout et qui suis-je pour refuser, pour résister ? Cela dit, j’ai eu un gros regain d’énergie en atteignant le début d’un arc qui me tenait à coeur.

L’ambiance sur le discord est absolument fabuleuse et je sais que je n’aurais pas écrit autant, loin s’en faut, sans l’énergie que j’y ai trouvée. Cette communauté née à la base de la nécessité d’un serveur lié aux lives est devenu un ensemble précieux que je veux protéger et remercier. Si vous lisez ces lignes, sachez que je vous adore !

Le programme de juin

Continuer d’écrire, bien entendu ! Il me reste quatre examens à présenter en juin, ce qui laisse décidément plus de place à l’écriture. Cela dit, j’ai des choses à faire IRL qui risquent de perturber occasionnellement la programmation des lives. Je vous tiendrai au courant de tout ça sur Twitter bien entendu !

Durant les deux premières semaines du mois de juin, je prévois entre autres de préparer le calendrier du Jeu de l’Adjectif de juillet 2020, notre quatrième édition. Je pense d’ailleurs le faire en stream, donc gardez un oeil sur mon Twitter et mon Wattpad pour ne pas rater l’annonce !

Je dois également travailler sur au moins deux articles ce mois-ci et corriger ceux qui paraîtront courant du mois. J’espère que vous les aimerez ! Somme toute, j’ai comme toujours plein de projets, et très, très hâte de vous retrouver sur Discord, Twitter et en stream. Passez un merveilleux mois de juin !

Publié par Nyx M. Cavalier dans autres articles, bilans mensuels, 2 commentaires

De l’importance des « sous-genres » de la littérature

Cela fait plus de dix ans que je participe à différentes communautés littéraires sur internet, et plus de quinze ans que j’écris. Je n’ai que vingt-deux ans au moment d’écrire ces lignes, autant dire que j’ai commencé très tôt. Il n’y a jamais eu de période dans ma vie où je n’écrivais absolument pas, même quand je n’avais pas (encore) d’ordinateur, même quand j’en avais un mais sans internet. Ce n’est qu’à partir de mes seize ans, il y a bientôt sept ans, que j’ai pu avoir tout ce matériel à disposition librement.

Pourtant, j’ai commencé à écrire sur des forums rpg à onze ans, quand j’avais uniquement accès à internet via les ordinateurs de la bibliothèque, deux fois par semaine. C’est comme ça que j’ai vraiment commencé à écrire en ligne, sur un forum majoritairement peuplé d’adultes québécois absolument ravis de voir une toute jeune joueuse découvrir le monde des rpgs sur forum à partir de leur univers en miniature.

C’est dans la section « art » de ce forum fréquenté par une cinquantaine de membres que j’ai posté ma première fanfiction, un one-shot de même pas mille mots sur un couple du comic/dessin animé W.I.T.C.H. dont j’étais (et suis toujours, inutile de mentir) une très grande fan. À cette époque, j’avais déjà écrit des histoires originales (en réalité lourdement inspirées de mes lectures), mais cette fanfiction était le premier récit que je montrais à des gens. Des inconnus. Des adultes, tellement plus matures que moi en tant qu’auteurs.

Ce sont eux qui m’ont fait découvrir ffnet, un site qui en retour m’a fait découvrir les skyrocks d’auteurs. En bref, sans ce forum rpg, je n’aurais probablement pas eu de tels débuts dans le monde de l’écriture sur internet, et pour moi, ça aurait été une perte terrible. Sans ce parcours, je n’en serais pas là aujourd’hui.

C’est pour ça que quand je vois des auteurs et lecteurs mépriser ces types d’écriture – roleplay, fanfiction, et j’en oublie sans doute – je suis en colère. Je suis en colère qu’on me demande de mépriser une facette aussi importante de l’autrice que je suis aujourd’hui. Aujourd’hui, j’écris une fanfiction Naruto tellement construite, complexe et fermement maîtrisée qu’elle m’a permis de développer ma réflexion concernant la construction d’univers et de personnages au-delà de tout ce que j’aurais pu faire par d’autres moyens. Même moi qui écris régulièrement des articles sur ce sujet, je sais que la pratique permet de s’améliorer bien plus vite et plus efficacement que la théorie.

Je ne comprends pas ce que nous gagnerions à mépriser les étapes par lesquelles nous sommes passées — ou si pas nous, nos camarades et amis — pour devenir les auteurs que nous sommes aujourd’hui. Je ne saurais commencer à faire la liste des choses que j’ai apprises grâce au roleplay ou à la fanfiction. Et je sais que je ne suis pas la seule, loin de là ! Alexa Donne a même publié une vidéo à ce sujet sur sa chaîne Youtube. Certains des auteurs les plus célèbres de notre génération ou de la précédente (comme Cassandra Clare) ont longtemps écrit de la fanfiction.

Ces “sous-genres” de l’écriture comme on aime tant les appeler d’un ton méprisant sur Twitter ont créé bien des auteurs, au final. Si ces adultes québécois ne m’avaient pas encouragée quand je n’étais qu’une gamine qui m’introduisais dans leur univers en miniature, qui sait si j’aurais continué à écrire ? L’écriture est un art solitaire mais l’humain, en bon animal social, en fait une pratique de plus en plus collective.

C’est qu’il y a de la force dans le groupe ! Pour beaucoup parmi nous, la fanfiction a été le premier pas dans le monde de la publication en ligne ; selon votre génération, vous avez commencé sur LiveJournal, Skyrock, Ffnet, AO3, Wattpad. Vous avez reçu vos premières critiques, certaines justes et d’autres non, avez accueilli vos premières reviews positives (adoratrices parfois, même) avec un mélange de joie et d’incrédulité profondes. Vous avez appris ce que ça faisait d’avoir des gens qui nous lisent, même des inconnus à l’autre bout du monde.

Le roleplay vous a appris d’autres compétences essentielles. Ce loisir vous a confronté à d’autres auteurs, dont beaucoup sont plus accomplis et expérimentés que vous – surtout à vos débuts dans cet univers. Vous les avez vus construire des personnages, des histoires en utilisant des méthodes conscientes et inconscientes que vous n’aviez jamais envisagées. En écrivant avec eux, et même en discutant simplement sur la chatbox (ou le discord, le groupe messenger, peu importe ce que vous utilisez ou utilisiez !) vous avez appris des choses concernant l’écriture qui ne vous auraient jamais effleuré.

Vous ne gagnerez rien à mépriser ces “sous-genres” de la littérature, mais vous gagnerez à admettre leur utilité. Certains d’entre nous s’y adonnent encore, même ceux qui écrivent des romans, même ceux qui sont déjà publiés. L’important quand on écrit par exemple des romans et du roleplay est de trouver un équilibre entre les deux, d’utiliser le roleplay comme une récompense pour un certain temps de travail sur le roman. Pour les auteurs de fanfictions, ces dernières sont parfois une manière de tester des choses, de se préparer aux projets futurs – c’est notamment mon cas.

Ne renions pas ce genre de passé d’écrivain. La honte est un paralysant, la fierté un stimulant. Personnellement, je sais lequel de ces sentiments va me servir pour mes projets à venir.

Publié par Nyx M. Cavalier dans autres, autres articles, 2 commentaires

Avril : Le bilan

Je ne vais pas prendre des lignes et des lignes à vous expliquer que nous traversons des épreuves encore jamais éprouvées par notre génération, parce que vous le savez. Vous savez l’angoisse qui ne s’en va jamais tout à fait vraiment, la mélancolie du dehors qui nous étreint que nous aimions sortir ou non, ne fut-ce que parce que l’interdiction attire. Durant cette période de pandémie, du côté des auteurs, j’ai remarqué que deux « camps » s’étaient formés et que le juste milieu devenait une denrée rare : ceux qui ne parviennent plus à écrire et ceux qui n’ont jamais autant écrit. Je comprends tout à fait les premiers – il faut un certain lâcher-prise pour se laisser emporter dans nos univers et il est difficile de s’abandonner la boule au ventre – mais ce mois-ci, j’ai résolument fait partie des seconds. J’imagine qu’on peut remercier pour cela le Camp NaNoWriMo, qui est synonyme pour moi depuis plus d’un an de prouesses littéraires. Cette édition n’a pas fait exception à la règle et je ne saurais exprimer en mots le soulagement que cela me procure, après deux mois de ralentissement créatif bien involontaires.

Le mois en nombres

Durant ce mois d’avril, je m’étais posé, comme chaque mois de 2020, un objectif de 62.500 mots à écrire. Mon résultat le 30 avril s’élevait à 133.153 mots ! Comme dirait l’un de mes personnages favoris toutes histoires confondues (Crowley de Good Omens, par Neil Gaiman) : « Can I get a yahoo? ». Ce nombre difficile à s’imaginer représente mon meilleur score mensuel jamais atteint mais aussi 213% de mon objectif, pour les petits chenapans ici qui aiment les statistiques. C’est également une moyenne de 4.438 mots par jour, presque la moitié d’Harry Potter et l’Ordre du Phénix – et tout simplement une fierté personnelle qui fait vraiment du bien au moral.

Les nouveautés du mois

La nouvelle activité qui a rencontré le plus de succès est sans contexte l’arrivée de lives d’écriture ! Ils se déroulent désormais le lundi et le jeudi de 16 à 18j. Durant ces lives, j’organise sur Discord des sprints de 15 minutes à 16h15, 16h45, 17h15 et 17h45, lesquels sont entrecoupés de discussions sur des sujets tout de même souvent littéraires. Je compte continuer les lives au moins jusqu’en octobre à ce rythme : je devrai sans doute revoir celui-ci quand je reprendrai l’école et que mon horaire me sera communiqué.

Par ailleurs, puisqu’on en parle, j’ai aussi reçu les consignes de mes travaux et les dates de leurs rendus. Je ne m’en sors pas trop mal : une rédaction par semaine sur divers sujets liés au droit mais aussi à l’actualité, pour lesquels les recherches représentent une difficulté variable. Selon moi, le plus dur est passé et devait être rendu le 30 avril : un travail retraçant l’histoire des principales familles politiques belges (parce que nous avons des partis néerlandophones et francophones qui se correspondent plus ou moins, et s’allient souvent, ce qui complique la donne).

Le programme de mai

Continuer les lives, bien entendu ! Ils ne motivent pas que vous, mais moi aussi, après tout. Vous pouvez suivre la chaîne pour ne pas rater les prochains. J’ai de nouveau établi un objectif de 62.500 mots écrits d’ici à la fin du mois. Ce nombre inclura QQC, bien entendu, mais aussi mes travaux scolaires et les nouveaux articles (à distinguer des articles que je récupère de mon compte Wattpad et de mon ancien blog). D’ailleurs, à ce sujet, en mai, je prévois d’achever la mise en place du site web, pour qu’il soit fonctionnel et agréable à utiliser. Je m’accorderai des points bonus si je parviens à lancer mon merchandising, mais c’est encore un vague projet à ce stade.

Et vous, est-ce que vous avez des projets pour mai ? Comment s’est déroulé votre mois d’avril ? Racontez-moi tout ça en commentaire !

Publié par Nyx M. Cavalier dans bilans mensuels, 0 commentaire