Tropes #4 : Un seul lit

Je l’avoue sans difficulté ni réserve : Un Seul Lit fait partie de mes tropes préférés. Quand je le vois apparaître dans un roman, je dois me retenir de couiner de joie. Ce trope est très populaire dans la fanfiction et dans la romance, où il a su se faire sa place comme un classique – mais un classique toujours apprécié. Comprenez donc le plaisir des lecteurs à découvrir comment les personnages réagissent à l’incendie de leurs hormones, la langueur de s’imaginer plus intimement pressé contre l’autre, le corps qui frémit malgré les sentiments parfois peu amènes d’un personnage envers l’autre (Un Seul Lit et Ennemis à Amants, un combo très puissant).

Mais qu’est-ce donc que ce mystérieux trope qui charme les foules aussi facilement que Viggo Mortensen en Aragorn ? C’est très simple : les personnages, peu importe leur relation et les sentiments qu’ils entretiennent l’un envers l’autre, sont contraints de partager une chambre contenant un seul lit. Ce trope fonctionne tant qu’il y a de la romance dans votre récit, même si elle n’est pas l’axe principal sur lequel vous vous concentrez : l’un des personnages cède le lit à l’autre, ils décident de le partager mais il est assez grand pour qu’ils ne se touchent pas, ou alors ils décident de partager bien que la couche soit exiguë et se retrouvent propulsés dans une intimité forcée qui leur révèle l’attraction qu’ils parvenaient à ignorer jusque-là, … Plein de possibilités intéressantes pour ce tout petit trope. Comme je le disais plus tôt, cette carte est un classique du jeu des romances, mais vos lecteurs apprécieront toujours son apparition.

Quelques exemples à présent :

  • Ce trope est un grand classique des romances historiques érotiques, car il pousse les héroïnes à dépasser le tabou entourant leur propre sexualité et l’attirance qu’elles ressentent pour leurs love-interests.
  • Dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, Ron et Hermione doivent partager une pièce où il n’y a qu’un canapé. Ron choisit le sol et, quand Harry les rejoint le lendemain matin, ils se tiennent la main dans leur sommeil.
  • Dans l’un des volumes de A Song of Ice and Fire, Jon Snow doit partager sa couche avec une femme et est sous le coup d’un voeu de chasteté. Il résiste à la tentation en faisant dormir Fantôme entre la femme et lui.

Les exemples sont nombreux dans la romance, quels que soient ses sous-genres. Il est très fréquent que cette nuit en particulier reste chaste et se produise assez tôt dans le roman ; elle sert juste de porte d’entrée, de point à partir duquel les personnages ne peuvent plus ignorer leurs sentiments pour l’autre. Tout le reste du chemin reste encore à parcourir.

On se retrouve le mois prochain pour le trope suivant, que vous pourrez choisir sur Patreon !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.