Tropes #2 : Enemies to Lovers

Quand on parle de tropes, Enemies to Lovers (sobrement traduit par votre Nyx nationale « d’ennemis à amants ») représente souvent la référence. Pourtant, quand on navigue sur les sites spécialisés comme TV Tropes, il est facile de remarquer qu’aucune page ne porte ce nom. En effet, ce trope est tellement vaste et exploité qu’il semblait plus pratique d’organiser ses exécutions en différentes sous-catégories. Parlons d’abord du trope en lui-même avant d’aborder ses variations, voulez-vous ? Enemies to Lovers désigne toute romance ou tout sous-entendu de romance, qu’elle se limite à l’aspect charnel, à l’aspect émotionnel ou aborde les deux à la fois, dans une oeuvre de fiction.

Le sous-trope le plus courant voit s’affronter deux ennemis jurés, voire des ennemis de la destinée (ce trope existe et sera abordé un jour dans cette série !). L’un des exemples les plus récents et célèbres est bien entendu le ship Reylo, qu’on ne présente plus. On citera également une exécution dans Elementary que j’ai personnellement adorée et le sous-texte considéré par certains comme romantique dans l’obsession d’Harry Potter envers Draco Malfoy dans Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé. Les exemples ne manquent pas, qu’ils soient canons ou fanons !

On peut également noter la tension érotique entre personnages qui ne sont pas exactement ennemis mais ne supportent pas, comme par exemple Nina et Matthias de la duologie Six of Crows, ou Mia Corvere et Ashlinn Järnheim dans le second volume de Nevernight Chronicles. Que les personnages agissent ou non concernant leur attirance mutuelle, leurs disputes sont chargées d’énergie charnelle de plus en plus intense. Ce sous-trope tend franchement vers l’aspect sexuel des relations par rapport au suivant par exemple, qui est généralement exécuté de manière à placer l’emphase sur l’aspect romantique.

Parlons donc du Crush de l’Antagoniste, un sous-trope qui se retrouve par exemple dans Star Wars (sequels), encore avec le Reylo, mais aussi dans Sailor Moon, où deux antagonistes entretiennent des sentiments amoureux pour Usagi et Mamoru, ou encore dans A Song of Ice and Fire, où Littlefinger est amoureux de longue date de son amie d’enfance, Catelyn Stark, au point de conspirer contre sa famille pour essayer d’obtenir son affection. Ne nous mentons pas, ce sous-trope est rarement exécuté de manière saine, mais c’est possible et ça s’est déjà vu.

Il existe encore bien d’autres déclinaisons d’Enemies to Lovers, mais les explorer toutes prendrait des pages et des pages. Passons plutôt à mon avis concernant ce trope : je l’aime beaucoup quand il est bien exécuté mais je reste très critique. Après tout, il est rare que deux ennemies possèdent une véritable alchimie, mais quand c’est le cas, je me régale. Je me pensais incapable d’exécuter ce trope dans mes propres écrits mais laissez-moi vous dire que j’avais tort : je travaille en ce moment à l’élaboration d’une histoire où le couple principal sera une variation d’Enemies to Lovers.

Mais vous découvrirez tout ça durant mon prochain bilan ! Au fait, si vous voulez pouvoir voter pour le trope du mois prochain, ça se passe sur Patreon ! Cela vaut aussi pour certains autres articles, d’ailleurs. Bref, on se retrouve la semaine prochaine pour un article qui vous présentera un outil très utile pour les auteurs de séries !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.