De l’importance des « sous-genres » de la littérature

Cela fait plus de dix ans que je participe à différentes communautés littéraires sur internet, et plus de quinze ans que j’écris. Je n’ai que vingt-deux ans au moment d’écrire ces lignes, autant dire que j’ai commencé très tôt. Il n’y a jamais eu de période dans ma vie où je n’écrivais absolument pas, même quand je n’avais pas (encore) d’ordinateur, même quand j’en avais un mais sans internet. Ce n’est qu’à partir de mes seize ans, il y a bientôt sept ans, que j’ai pu avoir tout ce matériel à disposition librement.

Pourtant, j’ai commencé à écrire sur des forums rpg à onze ans, quand j’avais uniquement accès à internet via les ordinateurs de la bibliothèque, deux fois par semaine. C’est comme ça que j’ai vraiment commencé à écrire en ligne, sur un forum majoritairement peuplé d’adultes québécois absolument ravis de voir une toute jeune joueuse découvrir le monde des rpgs sur forum à partir de leur univers en miniature.

C’est dans la section « art » de ce forum fréquenté par une cinquantaine de membres que j’ai posté ma première fanfiction, un one-shot de même pas mille mots sur un couple du comic/dessin animé W.I.T.C.H. dont j’étais (et suis toujours, inutile de mentir) une très grande fan. À cette époque, j’avais déjà écrit des histoires originales (en réalité lourdement inspirées de mes lectures), mais cette fanfiction était le premier récit que je montrais à des gens. Des inconnus. Des adultes, tellement plus matures que moi en tant qu’auteurs.

Ce sont eux qui m’ont fait découvrir ffnet, un site qui en retour m’a fait découvrir les skyrocks d’auteurs. En bref, sans ce forum rpg, je n’aurais probablement pas eu de tels débuts dans le monde de l’écriture sur internet, et pour moi, ça aurait été une perte terrible. Sans ce parcours, je n’en serais pas là aujourd’hui.

C’est pour ça que quand je vois des auteurs et lecteurs mépriser ces types d’écriture – roleplay, fanfiction, et j’en oublie sans doute – je suis en colère. Je suis en colère qu’on me demande de mépriser une facette aussi importante de l’autrice que je suis aujourd’hui. Aujourd’hui, j’écris une fanfiction Naruto tellement construite, complexe et fermement maîtrisée qu’elle m’a permis de développer ma réflexion concernant la construction d’univers et de personnages au-delà de tout ce que j’aurais pu faire par d’autres moyens. Même moi qui écris régulièrement des articles sur ce sujet, je sais que la pratique permet de s’améliorer bien plus vite et plus efficacement que la théorie.

Je ne comprends pas ce que nous gagnerions à mépriser les étapes par lesquelles nous sommes passées — ou si pas nous, nos camarades et amis — pour devenir les auteurs que nous sommes aujourd’hui. Je ne saurais commencer à faire la liste des choses que j’ai apprises grâce au roleplay ou à la fanfiction. Et je sais que je ne suis pas la seule, loin de là ! Alexa Donne a même publié une vidéo à ce sujet sur sa chaîne Youtube. Certains des auteurs les plus célèbres de notre génération ou de la précédente (comme Cassandra Clare) ont longtemps écrit de la fanfiction.

Ces “sous-genres” de l’écriture comme on aime tant les appeler d’un ton méprisant sur Twitter ont créé bien des auteurs, au final. Si ces adultes québécois ne m’avaient pas encouragée quand je n’étais qu’une gamine qui m’introduisais dans leur univers en miniature, qui sait si j’aurais continué à écrire ? L’écriture est un art solitaire mais l’humain, en bon animal social, en fait une pratique de plus en plus collective.

C’est qu’il y a de la force dans le groupe ! Pour beaucoup parmi nous, la fanfiction a été le premier pas dans le monde de la publication en ligne ; selon votre génération, vous avez commencé sur LiveJournal, Skyrock, Ffnet, AO3, Wattpad. Vous avez reçu vos premières critiques, certaines justes et d’autres non, avez accueilli vos premières reviews positives (adoratrices parfois, même) avec un mélange de joie et d’incrédulité profondes. Vous avez appris ce que ça faisait d’avoir des gens qui nous lisent, même des inconnus à l’autre bout du monde.

Le roleplay vous a appris d’autres compétences essentielles. Ce loisir vous a confronté à d’autres auteurs, dont beaucoup sont plus accomplis et expérimentés que vous – surtout à vos débuts dans cet univers. Vous les avez vus construire des personnages, des histoires en utilisant des méthodes conscientes et inconscientes que vous n’aviez jamais envisagées. En écrivant avec eux, et même en discutant simplement sur la chatbox (ou le discord, le groupe messenger, peu importe ce que vous utilisez ou utilisiez !) vous avez appris des choses concernant l’écriture qui ne vous auraient jamais effleuré.

Vous ne gagnerez rien à mépriser ces “sous-genres” de la littérature, mais vous gagnerez à admettre leur utilité. Certains d’entre nous s’y adonnent encore, même ceux qui écrivent des romans, même ceux qui sont déjà publiés. L’important quand on écrit par exemple des romans et du roleplay est de trouver un équilibre entre les deux, d’utiliser le roleplay comme une récompense pour un certain temps de travail sur le roman. Pour les auteurs de fanfictions, ces dernières sont parfois une manière de tester des choses, de se préparer aux projets futurs – c’est notamment mon cas.

Ne renions pas ce genre de passé d’écrivain. La honte est un paralysant, la fierté un stimulant. Personnellement, je sais lequel de ces sentiments va me servir pour mes projets à venir.

2 commentaires

J’adore ton article encore une fois il est juste, vrai, bien construit, et très fluide. Et je suis tellement, tellement d’accord avec toi, l’écriture c’est de l’écriture pourquoi dénigrer quelque chose que l’on peu aimer ? Surtout si cette chose nous aide. J’ai l’impression que les gens qui rabaissent le rôle-play et la fanfiction en général n’ont jamais vraiment su ce que cela pouvait impliqué en réalité. En bref, un article génial comme d’habitude, merci <3

Nyx M. Cavalier

Quel adorable commentaire ! Merci beaucoup Moon ♥

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.